Blog Terre de Sens

BLOGTerre de Sens

Plus que jamais, soyons le changement que nous voulons pour le monde

10 janvier 2010
Plus que jamais, soyons le changement que nous voulons pour le monde

Quand le philosophe, Directeur de recherche émérite au CNRS, Edgar Morin (Le Monde du 10 janvier 2010) espère la métamorphose du monde, de nos vies, il nous invite à "ce retour de chacun sur ses besoins intérieurs, le grand retour à la vie intérieure et au primat de la compréhension d'autrui, de l'amour et de l'amitié." Dans son essai "le temps des crises", l'Académicien et philosophe Michel Serres veut croire à une mutation de l'intelligence humaine aujourd'hui "encore du côté du venin et du croc" (description bien animale… ), qui " doit muter, au plus vite et sous risque gravissime, de la volonté de puissance au partage, de la guerre à la paix, de la Haine à l'Amour". Il nous annonce le début de l'ére du doux et nous promet un prochain ouvrage sur le Doux. Le doux doit s'entendre ici comme se rapportant aux codes, traces, sens, informations par opposition au dur : le matériel, le tangible. Puissent ils tous deux être annonciateurs d'une tendance de fond qui mènera l'humanité à une croissance de l'Etre plus que de l'Avoir, à une croissance de la liberté d'exister en paix de par le monde.

Et dans un monde où nous sommes désormais tous interdépendants, les crises n'ont plus de frontières, qu'elles soient économiques, politiques, sociales, sociétales, existentielles. La liberté des uns encourage celle des autres. Les révoltes en Iran et le souffle de la liberté qui s'exprime dans la rue nous parviennent en images, en messages; des films libertaires comme Les chats persans, de Bahman Ghobadi en témoignent, dépassant la censure pour arriver, pour notre plus grand bonheur, sur nos écrans. Partout dans le monde, des individus osent être différents, manifestent au péril de leur vie, or "là où croît le péril croît aussi ce qui sauve" (Holderlin). Plus notre planète est menacée, plus ses forces vives s'agitent. Et nous sommes de ses forces!

Il n'y a pas de frontière immuable, il n'y a que des murs visibles ou invisibles qui nous séparent les uns des autres et parfois de nous mêmes. Nous avons fêté en 2009 les 20 ans de la chute du mur de Berlin... Il reste tant de murs à faire tomber! Des murs de pierre, d'incompréhension, d'indifférence… Et tant de mains à tendre.

Alors pour 2010, je souhaite plus que jamais que nous soyons le changement que nous voulons pour le monde : plus uni envers nos concitoyens du monde, plus uni et aligné avec nous même .

En 2010, je vous souhaite de faire tomber des murs, d'escalader des barrières, franchir des obstacles ou tout simplement d'ouvrir une nouvelle porte...

Michel Serres, Le temps des crises — Éditions Le Pommier

Éloge de la métamorphose, Edgar Morin,