Blog Terre de Sens

BLOGTerre de Sens

Petits exercices de prise de hauteur

3 mai 2011
Petits exercices de prise de hauteur

Qu'est ce que penser ? Voilà que de plus en plus le temps manque pour prendre du recul, de la distance et trouver l'espace qui permet de se poser (pour cela on consulte un penseur, un ami "panseur" de l'âme ou bien on va voir un coach!) , et stopper le flux incessant aimanté qui nous attire vers l'action. Le culte et le coût de l'urgence sont des constats sociologiques patents mais le non-agir a semble t il aussi…. un coût. Car nous sommes devenus inaccoutumés à la vacuité du temps, au degré zéro de l'agir… au temps du pur possible. Temps de maturation. Temps du Kairos, celui du moment juste pour agir. Temps du non-agir des taoïstes. Temps du doute et du questionnement existentiel pour certains philosophes : cette action-t-elle un sens ? Suis je dans le vrai ? Est-ce juste ?

Penser : être conscient, pouvoir choisir, exercer un sens critique, s'interroger, se sentir responsable, autant de caractéristiques du supposé "propre de l'homme" qui me semble largement mis à mal aujourd'hui. Et pouvoir exercer son esprit critique, se révèle parfois un exercice délicat car le critique est souvent un empêcheur de penser en rond…De ceux qui permettent aux hamsters de regarder la roue plutôt que de courir à l'intérieur, de prendre du recul, bref de s'extraire. Et pendant ce temps la roue est à l'arrêt; cela ne peut pas plaire à tout le monde! Et justement il ne s'agit de plaire! Mais d'oser penser. Penser les conséquences. Un peu plus loin que demain, parfois à dix, vingt ans quand la tyrannie de l'urgence et le culte du résultat immédiat nous canalisent dans l'action, c'est un beau défi. Je n'ai pas de solution miracle mais ma philosophie modérée du petit pas m'amène à vous proposer 3 petits exercices de prise de hauteur. Le premier pas c'est de s'extraire de l'action et de la situation, de prendre un peu de recul. Au sens propre et au sens figuré. Changez de place, bougez, sortez du bureau ou installez vous confortablement et exercez-vous à la prise de hauteur… sans avoir le vertige.

1. Le regard d'en haut et le voyage cosmique*

Imaginez vous prendre de la hauteur en adoptant le point de vue de Sirius, c'est à dire en établissant votre camp sur une planète lointaine, à des années lumières de la Terre, et là contempler le spectacle des humains qui s'affairent…Voir la Terre continuer à tourner, le soleil se lever, les saisons se déployer, des enfants naître et les sages s'éteindre, les rivières rejoindre les fleuves, les gens se rencontrer, Eros triompher de Thanatos, la joie vaincre la tristesse, que sais-je encore ? Contempler la petite taille de l'homme qui se croît au centre du monde car enfin "qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout" Blaise Pascal, Les pensées

2. Ma vie mon œuvre.

Confortablement installé dans une salle de cinéma, vous êtes le spectateur d'un film unique en son genre, celui de votre propre vie, de votre histoire, votre trajectoire. Arrêt sur image sur des moments essentiels, forts, beaux, parfois difficiles, fondateurs. Enfance. Adolescence. Jeune Adulte. Adulte. Maturité. Le film se termine sur un note porteuse d'espoir pour l'humanité (Je ne suis pas tellement pro cinéma hollywoodien attaché au happy-end, mais là c'est pour la bonne cause… Vivre bien). Prenez un bloc notes, un journal intime si vous en disposez et inscrivez ce que cet exercice vous inspire, les moments clés, les tournants et la morale de l'histoire

3. D'homo sapiens à homo economicus et demain peut-être ecologicus ?

Représentez-vous l'histoire de l'humanité et envisagez un instant un instant l'hypothèse que la vie humaine sur terre ne soit pas apparue, qu'elle soit purement contingente (c'est à dire qui aurait pu ne pas être)…. Aurions-nous pu ne pas être ? C'est pour moi, LA question la plus vertigineuse… Mais nous sommes là, produits de l'évolution. Tant d'évolution, de luttes pour l'émancipation, de régressions certes aussi hélas, pour arriver là, aujourd'hui, en 2011.

Si vous aviez un seul message à faire parvenir aux générations futures, quel serait-il ?

NB : Pour prolonger le voyage cosmique je vous recommande Discours sur l'origine de l'Univers de l'astrophysicien renommé Etienne Klein, chez Flammarion

Pour aller plus loin

* Pierre Hadot, N'oublie pas de vivre, Goethe et la tradition des exercices spirituels. Editions Albin Michel, Bibliothèque Idées p87