Blog Terre de Sens

BLOGTerre de Sens

Les Français sont-ils "normaux"? 33 raisons d'en douter d'après la presse internationale

14 janvier 2013

"Les Français sont-ils normaux?" C'est la question à laquelle tente de répondre le magasine Courrier International dans son hors série de janvier. 33 raisons d'en douter selon la presse internationale...

Extraits.

En France, normal est un compliment.
C'est une australienne, Jennifer Yee, spécialiste de la littérature française ayant vécu dans l’Hexagone, qui analyse ce qu'elle estime être le reflet de la propension du peuple français à la tragédie et à la dévalorisation. "Ceux d'entre vous qui connaissent les français, vous ne trouvez pas qu'ils sont un peuple tragique?" interroge-telle. Nous serions une nation de ratés, selon notre propre jugement, avec pour corolaire, pour nombre d'entre nous, un sentiment d'échec toute notre vie. Cliché? Peut-être. Il n'empêche que son analyse de notre rapport à la normalité me semble tout à fait pertinente. Selon Jennifer Yee, pour les Français, l'adjectif "normal" ne désignerait pas "la façon dont les choses se présentent habituellement mais la façon dont elles devraient le faire dans un monde idéal". Nous nous référerions plus à ce qui devrait être qu'à ce qui est. Idéalistes plus que pragmatiques. Philosophes plus que sociologues (le philosophe, normatif, prescrit ce qui devrait être ; le sociologue, observateur, décrit les phénomènes et tendances récurrentes). Là est le paradoxe. Car ce qui est normal en théorie pour les Français ne l'est pas dans les faits, et n'est donc pas ... normal. D'où notre propension à l'auto-dépréciation car la normalité à la française relève plutôt dans les faits de l'exceptionnel et est donc difficilement atteignable!

L'école normale
L'école Normale, en est la parfaite illustration. Toujours selon cette australienne, l’appellation d'école "normale" souligne cette place que nous accordons à la normalité. Car en l’occurrence l'école normale est l'une des écoles françaises les plus prestigieuses. Normal pour nous français se rapporterait donc plus à des modèles, principes ou règles. "Si en anglais on aspire à être supérieur à la normal, en français, la plupart des gens sont obligés d'accepter qu'ils sont inférieurs à la normale, pas tout à fait à la hauteur de ce qu'ils devraient être dans l'idéal" précise cette australienne.

La France doit se penser plus grande qu'elle n'est pour rester elle-même
analyse un journaliste italien Lucio Caracciolo. "Sa vocation missionnaire se reflète dans les discours sur l'exception et la grandeur de la France" "Une arrogance qui cache un profond manque de confiance en soi" explique le géopolitologue Olivier KEMPF. Selon lui "la pédagogie grandiloquente contribue à alimenter dans l'opinion publique l'idéologie du déclin. A force de mettre la barre trop haut, on risque d'angoisser les Français au lieu de les rassurer." CQFD. Ces 2 analyses semble corroborer l'idée que notre idéalisme alimente une vision dépréciée de nous mêmes, jamais à la hauteur de notre ambition.

La France n'est et ne sera jamais un pays normal
C'est une certitude pour le journaliste italien Lucio Caracciolo!
Il y aurait en effet de nombreuses raisons de douter de notre "normalité"...pour preuves d'après nos amis étrangers. D'une certaine idée de la France et de sa place sur la scène internationale, à l'exception culturelle unique au monde, en passant par l'usage de la langue Française avec ses institutions pour préserver notre langue, la place du livre et du papier et notre résistance au livre numérique, notre gastronomie et le devoir national de bien manger, notre histoire que nous pensons universelle, le phénomène très français de la rentrée scolaire, politique, littéraire, sociale de septembre, notre monarchie républicaine ou le mois d'août, ces courts articles nous rappellent ce que le monde parfois nous envie, se moquent de nos contradictions et assez fréquemment de notre arrogance, mais somme toute, ce numéro est plutôt léger et globalement positif ... tout à fait adapté pour une rentrée de bonne humeur. Dans ce climat morose, cela fait du bien... et vous fait passer l'envie d'être...normal!