Blog Terre de Sens

BLOGTerre de Sens

Blog

Diriger en donnant du sens

9 décembre 2019
Diriger en donnant du sens

Article diffusé dans la revue n°374 de Finance et gestion "Concilier sens et complexité".

Diriger requiert de décider en cherchant à minimiser les risques, tout en maintenant un cap

.

Les métiers de la finance dont la vocation est de réduire l’incertitude, sont, de plus en plus, soumis à la nécessité de fournir des indicateurs en intégrant de nombreuses variables et inconnues dans leurs équations. Parmi elles, la plus emblématique du monde complexe dans lequel nous vivons : le changement climatique !

« Les défis actuels liés au réchauffement climatique sont de piètre importance par rapport à ce qui est sur le point d’arriver. […].Une fois que ce sera la question déterminante pour la stabilité financière, il sera peut-être déjà trop tard » déclarait Mark Carney, Gouverneur de la Banque Centrale d’Angleterre, lors d’un discours à des investisseurs en 2015. De même Henri de Castries, PDG d’AXA, alertait récemment qu’«un monde plus chaud de 4 degrés sera impossible à assurer ». Enfin la faillite de PG&E, géant américain du secteur énergétique, est considérée comme la première due au réchauffement climatique.

Mais comment agir face à l’incertitude, la complexité et l’imprévisible ?
En mobilisant plus que jamais les ressources les plus déterminantes en situation de de crise : l’intelligence et l’esprit critique ! Créer un contexte favorable au déploiement de l’intelligence de chacun, à l’intelligence collective et à la résilience organisationnelle se prépare et suppose quelques fondations stables. La première réside dans la confiance du dirigeant dans l’intelligence de ses collaborateurs, la deuxième dans la mise en place d’une éthique de la discussion garantissant l’expression d’une pluralité de points de vue, accueillant avec bienveillance les avis argumentés divergents. Nombre de décisions absurdes ont mené les entreprises à leur perte. Ces décisions sont le plus souvent générées par une forme de cécité organisationnelle, dans l’entre soi d’une pensée unique.

« Débat contradictoire, non punition des erreurs, vigilance cognitive » sont, selon le sociologue des organisations et spécialiste des décisions absurdes, Christian Morel, les garde-fous nécessaires.
Notre tendance humaine fondamentale, face à l’indétermination du monde, est de nous rassurer au moyen de certitudes, de vouloir nous prémunir des risques en multipliant les règles…jusqu’au au non-sens. L’absurdité de l’inflation des normes conduit aujourd’hui aussi bien à l’impossibilité d’introduire des œufs frais dans une maison de retraite qu’à l’excès de reporting et de mesures de contrôle faisant fuir les meilleurs collaborateurs en quête d’autonomie.

Un cap aussi ambitieux soit-il n’a humainement aucun sens si les moyens pour y parvenir asphyxient le bien-vivre, l’esprit d’équipe et le goût d’être là, ensemble. Plus que jamais, c’est la capacité à coopérer qui fera la différence. Une compétence qui peut se développer en favorisant la convivialité, la collégialité, la capacité à se dire les choses de manière explicite et directe et à remettre en question les certitudes ou les règles. Le sens commence par le bon sens et invite à ne pas sacrifier le chemin pour la destination.
Claire Delepau, membre associé de la SFCoach, dirigeante de Terre de sens.